Hélène Collerette.jpg

Hélène Collerette

Née à Chicoutmi au Canada, Hélène Collerette découvre la musique grâce à une mère musicienne et un père mélomane.

Élève de Pierre Amoyal, Jean-Jacques Kantorow, Vladimir Landsman et Langis Breton, elle obtient plusieurs prix internationaux en France (concours de Bordeaux), en Angleterre (concours de quatuor de Londres), en Italie (concours de Florence), en Suisse (Sion, Tibor Varga) et au Canada.

Hélène Collerette est violon supersoliste de l’Orchestre Philharmonique de Radio France depuis 1996, après avoir été violon solo de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse et de l’Opéra National de Lyon.

Sa connaissance du répertoire orchestral auprès de grands chefs dont Dudamel, Salonen, Jarvi, Boulez, Gilbert, Chung, Jordan et Franck, lui a permis d’être invitée à diriger en formation Mozart des orchestres tels l’Orchestre Philharmonique de Radio France ou encore l’Orchestre National d’Auvergne dans des oeuvres de Haydn, Mozart, Suk, Mendelssohn, Tchaikovsky et Piazzola.

En soliste, Hélène Collerette se produit avec de prestigieux orchestres dont l’Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre Symphonique de Munich ou encore l’Orchestre de Chambre de Lausanne sous la direction de Koopman, Jarvi, Jordan, Chung, Janowski, Rophé et Roth, abordant ainsi un large répertoire allant des concertos de Bach, Haydn, Mozart, Beethoven, Mendelssohn, Sibelius, en passant par Bartok, Lutoslawski, Thoresen, ainsi que la création du double concerto de Hersant (Orchestre Philharmonique de radio France, direction Pascal Rophé) qui vient de paraître chez Hortus.

En 1995, elle crée le Quatuor Renoir avec lequel elle effectue plusieurs tournées en Asie, en Europe, en Afrique et au Canada et  quelques enregistrements salués par la critique (Diapason, Classica)

Violoniste appréciée tant par sa sensibilité artistique que par son respect des oeuvres, Hélène Collerette partage sa passion de la musique de chambre avec François-René Duchâble, Roland Pidoux, Abdel Rahman el Bacha, François-Frédéric Guy, Marc-André Hamelin, Jean-Claude Pennetier ou encore Paul Katz, Romain Guyot, Alain Meunier, Adam Laloum, Jean-Yves Thibaudet et Vanessa Wagner.

Ses concerts lui ont ouvert les portes de prestigieuses salles dont  l’Auditorium de Radio France, la Salle Pleyel, la Salle Wilfrid Pelletier de Montréal, le Palais Montcalm de Québec, le Grand théâtre de Jiangsu, l’Opéra de Shangai notament et des festivals de renom comme le Festival « Présences » de Radio France, le Festival de Laon, le Festival de Besançon, les Folles Journées, Les flâneries de Reims, le Festival Croisements, le Festival de Lanaudière, le festival d’Arras, les midis musicaux de Rennes et le festival ArtenetrA.

Son envie de découvrir de nouveaux répertoires l’amène à rejoindre l’ensemble Phileas et le Trio à cordes de Paris en 2015. Ce trio composé de Teodor Coman à l’alto et Fabrice Bihan au violoncelle lui a permis d’enregistrer l’intégrale des trios de Beethoven, prochainement chez Yokatta Records, et d’être invitée dans plusieurs festivals dont le festival ArthenetrA à Niort et à Paris, les midis musicaux de Rennes et le Festival d’Arras.

Sensible aux rencontres artistiques dont elle a bénéficié tout au long de sa carrière, Hélène Collerette enrichit son répertoire d’oeuvres contemporaines et de créations avec et auprès de compositeurs tels que Dutilleux, Salonen, Hersant, Thoresen et Fedele, ou vers des projets plus audacieux comme la relecture d’oeuvres d’Arvo Pärt avec la pianiste Vanessa Wagner et l’artiste de musique électronique Murcof, ou dernièrement l’enregistrement d’oeuvres de Bartok, Kurtag et Ravel avec les cymbalistes Cyril Dupuy et Ludovit Kovak.

Hélène Collerette joue un Guarnerius Del Gesù de 1732